RFI – Réponse de French-Road sur l’Identité digitale

Publié par Emmanuel PESENTI le

Téléchargé la réponse ici

Nous n’envisageons en aucune façon, d’autres cas d’usage que ceux d’une identification à forte valeur probante, et nous les connaissons déjà tous chez French-Road, puisque nous travaillons avec les collectivités.

J’attire humblement votre attention sur le point suivant : « identifier fortement l’utilisateur » est une expression impropre entendue trop souvent.  Notre identité au sens de french-road ne peut être faible substantielle ou élevée : Cela n’a aucun sens, ni juridique ni sociétale. « Vous êtes Jean DUPONT ou vous n’êtes pas Jean DUPONT . » et sur écrans interposés, cela prend tout son sens, ce qui confère  à l’identité son unicité obligatoire dans le temps et dans l’espace, tandis que toute autre solution non distribuée et opaque est la menace historique qui rend RGPD si difficilement applicable.

Disposer d’une multitude d’identifiants est compliqué, technique et ne répond pas au besoin supérieur d’une nation pleinement digitale.

L’authentification, quant à elle, doit être « très élevée » car qui peut le plus, peut le moins. J’ajoute que c’est le seul moyen de réduire la fracture numérique estimé à 13 millions de concitoyens.

Nous arrivons ainsi à des cas d’usage que seule la French-road permet d’honorer grâce à son identité à forte valeur probante, et à usage très simple pour l’usager. En voici un exemple de base, très simple :

« La piscine municipale de trifouille-les-oies a seulement besoin de savoir que vous êtes majeur mais la loi au sens de la CNIL interdirait de connaitre son identité. Et bien le serveur de sécurité qui implémente la loi garantit l’accès unique et certain à la donnée intègre de la date de naissance et interdit l’accès à l’identité. Fin de l’histoire.»

Vous comprenez bien que c’est le devoir de French-road, d’informer sur le grand intérêt de l’identité unique à forte valeur probante, quel que soit les doctrines passées, afin de libérer les énergies digitales de notre pays. et c’est celui de tous les citoyen français de se l’approprier car les risque de non adaptation sont réellement immenses (perte de notre indépendance digitale, ni plus ni moins)

Bien cordialement,

Emmanuel PESENTI
Président French-Road

Catégories : French-Road